Histoire de l'ASTI 14

Cette contribution de l'ASTI 14, rédigée à l'occasion des 50 ans de la FASTI, s'appuie sur des entretiens filmés avec les fondateurs de l’Asti 14 : Josianne Lowy, Annie Berger, Geneviève Mabboux-Strombert (13/10/16), Michel Couenne (23/01/2017).

Historique de création de l’ASTI : date, lieu et conditions de création

L’association de solidarité avec les travailleurs immigrés de Caen et sa région (ASTI) est créée en 1978. Les activités de l’ASTI ont commencé par des permanences juridiques à l’heure du marché le dimanche avec un avocat et un militant de l’ASTI. Il y eut ensuite des permanences rue de Bayeux de « premier accueil » et s’il y avait un problème juridique, les militants contactaient des avocats.

L’essentiel de l’activité de l’association concernait : le maintien des personnes sur le sol – le droit au séjour –  faire en sorte que les familles puissent être accueillies dans le cadre du regroupement familial et mener des actions politiques (manifestation devant la Préfecture ou devant les commissariats). Ils n’ont jamais voulu discuter de situation précise – le cas-par-cas – avec la Préfecture. L’ASTI siégeait à la Commission extra-municipale immigrée à Hérouville-St-Clair (avec les représentations des associations étrangères, des associations dites « humanitaires ») où des questions étaient traitées collectivement.

L’ASTI 14 devenue Association de solidarité avec tous les immigrés du Calvados (et récemment avec tout.e.s les immigré.e.s) a ensuite évolué en fonction des flux migratoires et des options politiques de nos gouvernements successifs.

Activités principales de l’association en 2017

L’information des étrangers et la défense de leurs droits (soutien juridique, domiciliation postale, information juridique, établissement de la couverture sociale) ; la formation juridique (à destination des professionnels et des militants de l’ASTI) ; la sensibilisation (débats, diffusion de films) et des ateliers d’apprentissage de la langue française.

Luttes, mobilisations qui ont marqué l’ASTI

La double peine
Au début des années 1980, ils mènent une lutte concernant la double peine subie par un jeune homme, arrivé à 6 mois en France, condamné pour consommation de produits illicites puis expulsé à l’âge de 13 ans. Le psychiatre et des éducateurs de rue sollicitent l’ASTI qui se mobilise sur ce sujet. Ils interpellent des hommes et femmes politiques locaux et nationaux. Le jeune rentre en France et l’ASTI se met à organiser un réseau d’accueil chez des particuliers. Ils se sont mobilisés pendant des années sur cette affaire. Finalement, l’arrêté d’expulsion a été annulé (un courrier du maire de Caen et d’Hérouville-St-Clair à Pasqua y a sans doute contribué). Il a ensuite été pris en charge par le Gasprom à Nantes et logé dans un foyer de jeunes travailleurs.

Régularisation de 1981
Ils ont bataillé pour pouvoir régulariser ceux qui ne correspondaient pas complètement aux critères.

En 2006
Manifestations devant les centres de rétention ; Parrainages en lien avec la campagne RESF ; Création du Collectif 14 pour le respect du droit des étrangers.

En 2013
Protestation contre l’absence de solution d’hébergement. Installation de tente sur la place du théâtre de Caen.

Pourquoi l’association a-t-elle adhéré à la FASTI ?

L’association est affiliée à la FASTI dès sa création. Des membres de l’ASTI participaient au Congrès et considéraient sa publication comme un outil important. Ils soulignaient la nécessité d’être adossé à une organisation plus large pour une reconnaissance et pour qu’il y ait des liaisons nationales.

Statuts de l'ASTI 14